Une bonne fessé ça ne fait pas de mal ?

« J’ai pris des claques j’en suis pas mort »
« Une bonne fessé de temps en temps ça remet les idées en place »

Toutes ces phrases, on les entend souvent au milieu des débats sur les châtiments corporels qui dérivent sur « les bonnes méthodes d’éducation ». Quand on s’arrête 5 minutes dessus, on se rend compte qu’elles ne font absolument pas avancer le débat sur l’éducation, puisqu’on nous parle de « mal ou pas mal ».
On constate donc que ça n’apprend rien.

Certains diront « Si ça apprend le respect ! », mais ce sont des gens qui considère que la peur de l’autre est une forme de respect, alors que la peur de l’autre n’a rien à voir avec le respect, quand on a peur de quelqu’un parce qu’il nous a cogné, on ne le respecte pas, on se méfie de lui, et au pire on n’attend plus que le moment de le cogner à notre tour.

Quand on respecte quelqu’un qui nous a tapé, c’est parce qu’il nous a aussi parlé, on ne le respecte pas pour les coups, mais pour les mots.

J’ai pris des claques et des fessés, je ne me souviens pas de toutes, mais je me souviens de pas mal de choses que j’ai pensé à ce moment là :

  • Une baffe dans la tronche de la part d’un adulte ça fait mal.
  • Les adultes sont cons.
  • La prochaine fois j’essaierais de pas me faire attraper.
  • Quand je serais grand, je me vengerais.

Concrètement les baffes ne m’ont appris que de mauvaises choses, j’ai refais toutes les conneries pour lesquelles j’ai pris des baffes, sans exceptions. J’ai compris et arrêté quand on m’a parlé, que ce soit un de mes frères qui me demandait pourquoi j’avais fait une chose, ou ma mère qui me disait que c’était pas bien et qui me montrait que ça lui faisait de la peine. Et même des grosses engueulades, parfois disproportionnées avaient plus d’impact, puisqu’elles utilisaient des mots.

J’ai plus compris de voir la peine que je provoquais que de voir la colère qui pouvait me retomber dessus avec des coups.

Une baffe dans la gueule, ça ne dit rien d’autre que : Je sais pas quoi dire, tu dois être puni, et j’ai pas le temps de m’occuper de toi, alors je t’en colle une, avec un peu de chance tu vas réfléchir moi j’en suis incapable.

Au mieux, la seule chose que vous apprendrez à votre enfant si vous le taper c’est la douleur, au pire vous lui apprendrez un moyen de communiquer avec les autres.
N’imaginez pas que vous lui apprendrez pas à se défendre, car il encaissera vos coups sans les parer et sans les rendre, par contre vous lui apprendrez à chercher la merde et il finira fatalement par la trouver.

Quand on prend un coup, on ne retient que la douleur. Un coup c’est le point de non retour, celui qui annule le dialogue dans son intégralité : ce qui a été dit avant et qui ce qui aurait pu être dit après.